La photographie culinaire s’impose à tous les photographes gourmands. J’aime photographier les plats, les Chefs, les cuisines, les ustensiles, les gestes et les regards… Parce que je suis curieuse et gourmande.

La gourmandise : un art

La gourmandise n’est pas un péché, c’est un art de vivre. Une capacité à apprécier le raffinement d’un plat. Une habileté à décrypter la complexité d’une boisson. Une sensibilité décuplée par le parfait équilibre des saveurs et des textures. C’est la convivialité, le partage et les échanges. C’est savoir prendre son temps. Beaucoup de points communs avec la photographie.

La photographie : le média pour le plaisir des yeux

Mon travail consiste à restituer toutes les qualités visuelles (bien sûr), olfactives et tactiles. Je cherche à créer des images qui (r)éveillent la gourmandise. Cette quête est un travail d’équipe.

photographie culinaire

Le binôme Chef-Photographe : la complicité

En effet, les photos culinaires sont le résultat d’une concertation entre le Chef et le photographe. À l’origine de chaque prise de vues, il y a des discussions, des échanges, des questions techniques. Nous construisons ensemble l’image.

La lumière : l’ambiance

Pendant cette de discussion, nous validons l’ambiance qui doit resurgir de la photo. Rôle majeur et fascinant. Selon son emplacement et son façonnage, nous créerons des volumes et révèlerons des textures.

La matière : les produits bruts

Des herbes aromatiques fraîches aux viandes transformées par la cuisson, chaque élément composant l’assiette mérite d’être éclairé avec un soin particulier.

La recherche : la nature morte et l’explosivité

La photographie culinaire n’est pas que la représentation d’un plat préparé par un Chef. Aussi peut-on aussi réaliser une nature morte d’un aliment ou ustensile de cuisine… J’ai commencé par photographier des fruits et légumes sur des supports incongrus puis j’ai fait une série où je les ai immergés dans l’eau pétillante, une autre, plus explosive, avec des projections de farine, de sucre ou de sable… Il me reste encore à affiner des projections de liquide et tester des dissolutions…

photo culinaire navet

Le studio : l’équipement

Je dispose de quatre torches de studio, de façonneurs de lumière, de fonds blanc, noir et colorés. Tout ce matériel est transportable et peut être installé sur votre lieu de production.

La post-production : la partie cachée de l’iceberg

Après la prise de vues, le traitement des images. Toutes les photos sont livrées après retouches sur un écran calibré.